Gers Solidaire s’engage pour lutter contre la précarité menstruelle 

La précarité menstruelle représente un enjeu de santé publique et d’égalité femmes /hommes. En moyenne, une femme a ses règles plus de 500 fois au cours de sa vie ce qui représente un coût d’environ 8000 euros selon l’association «  Règles Elémentaires  ».

Publié le

En France, nous estimons que 2 millions de femmes n’ont pas les moyens de se procurer des protections hygiéniques en quantité suffisante. C’est ce qu’on appelle la précarité menstruelle. La précarité menstruelle a des conséquences dramatiques en termes d’hygiène et santé. En effet, les femmes sont parfois contraintes de garder le même tampon ou la même serviette pendant plusieurs jours, ce qui augmente le risque d’infection et de choc toxique. Au-delà des aspects de santé, la précarité menstruelle est un facteur important de discrimination entre les femmes et les hommes. 21% des femmes en France ne peuvent se rendre à leur travail par manque de protection hygiénique et plus de 100 millions de jeunes filles dans le monde manquent l’école et présentent un risque de déscolarisation.


Gers Solidaire s’engage en partenariat avec les acteurs locaux :

  • Faciliter l’accès et le choix de protections périodiques auprès de publics en situation de précarité par la redistribution de vos dons
  • Contribuer à lever les tabous et la stigmatisation relatifs aux menstruations
  • Sensibiliser et éduquer à la précarité menstruelle et à l’importance d’une bonne hygiène et santé intime en formant les acteurs sociaux


Vos dons seront redistribués aux femmes en situation de précarité sur les lieux de distributions d’aide alimentaire, les centres sociaux, CCAS, etc. (selon l’estimation de leurs besoins).


Les produits non distribués seront donnés aux étudiantes gersoises..